Madagascar
2022 à 2024
En cours

Contribuer à réduire la prévalence de la malnutrition chronique chez les enfants de moins de 5 ans vivant en zone rurale à Madagascar

Diagnostic

En 2018 à Madagascar, près d’un enfant de moins de 5 ans sur deux souffrait d’un retard de croissance (taille/âge) qui qualifie la malnutrition chronique. 42% des enfants de moins de 5 ans souffraient d’insuffisance pondérale (poids/âge). Le retard de croissance est le résultat d’un processus cumulatif qui commence pendant la grossesse et se poursuit pendant la petite enfance. Les épisodes répétitifs de maladies telles que la diarrhée, le paludisme ou les infections respiratoires aiguës, associés à une insuffisance alimentaire altèrent la croissance de l’enfant.  Les causes sous-jacentes du retard de croissance sont multifactorielles, liées aux soins et aux pratiques d’alimentation de la mère et de l’enfant, à la sécurité alimentaire (accès, disponibilité et préparation des aliments), à l’eau, l’assainissement et l’hygiène.

Les régions de Madagascar les plus affectées sont celles des Hauts Plateaux (où sont situées les 13 communes d’intervention de notre projet) où les prévalences sont supérieures à 60%. Le faible accès à des soins spécialisés de qualité et de proximité pour les femmes et les enfants est l’un des facteurs de la malnutrition chronique.

Action

Sur une durée de 36 mois, Santé Sud mettra en œuvre des actions visant à renforcer les compétences des sages-femmes en matière de prévention, dépistage et de prise en charge de la malnutrition. Les relais communautaires seront aussi au centre du dispositif de prévention et de prise en charge de la malnutrition. Egalement, des actions de sensibilisation seront réalisées auprès des communautés afin de renforcer les connaissances et les bonnes pratiques en matière de nutrition et de soins.

Au niveau communal, une approche intégrée, participative et multisectorielle de la lutte contre la malnutrition sera mise en œuvre. Dans ce cadre, il s’agit pour Santé Sud de former les acteur·rices public·ques et privé·es communaux·ales sur les enjeux de la malnutrition et de les accompagner pour permettre l’émergence de cadres de concertation multisectoriels autour de cette thématique. Des jardins pédagogiques communautaires seront mis en place et auront un impact sur la diversification alimentaire.

Partenaires opérationnels
  • Association AMADESE
Partenaires institutionnels
Et privés
  • Union Européenne (UE)

Impact

La situation nutritionnelle de 6 175 femmes en âge de procréer et 4 420 enfant est améliorée.
52 agents communautaires seront formé·es et réfèreront les habitant·es aux cabinets d’accouchements communautaires.
52 jeunes pair·es éducateur·rices déploieront des actions de sensibilisation ciblées auprès des jeunes.
26 « Mamans lumière », mères d’au moins un·e enfant de moins de 5 ans seront formées pour diffuser les bonnes pratiques nutritionnelles.