Maroc
2022 à 2024
En cours

3INAYA – Action concertée pour le respect des droits en santé sexuelle et reproductive et l’égalité femmes-hommes

Diagnostic

Au Maroc, malgré les avancées dans le renforcement des droits humains notamment depuis l’adoption d’une nouvelle Constitution en 2011 qui a proclamé le principe d’égalité des sexes en énonçant que « L’homme et la femme jouissent, à égalité, des droits et libertés à caractère civil, politique, économique, social, culturel et environnemental », les données disponibles montrent que les inégalités dans l’accès aux services de santé et protection sociale ainsi que la violence basée sur le genre s’aggravent.

En effet, l’Enquête Nationale de 2019 sur la violence à l’égard des femmes au Maroc montre que 57% des femmes ont subi au moins un acte de violence. Les enfants sont aussi touchés par toutes sortes de violence notamment sexuelle et physique. D’après le rapport publié en 2014 par l’UNICEF, en 2012, 10 307 cas de violence à l’encontre des enfants ont été enregistrés dans les tribunaux marocains. De plus, la COVID-19 a amplifié cette vulnérabilité, on observe en effet une augmentation des violences basées sur le genre dues à la cohabitation, la perte de revenus, ou encore l’augmentation des charges domestiques.

Au niveau des services de protection disponibles, ils sont insuffisants pour couvrir les besoins et ne répondent pas aux normes de qualité requises : on y observe une stigmatisation importante des femmes et des survivant·es de VBG avec de nombreux professionnel·les non formé·es à la santé sexuelle et aux droits des victimes.

Action

Santé Sud par ce présent projet vise à contribuer au renforcement du respect des droits en santé sexuelle et reproductive (DSSR) et à l’égalité femmes-hommes incluant la prévention des violences basées sur le genre (VBG) et la protection des survivant·es. Pour atteindre cet objectif, le projet prévoit le renforcement de la qualité et de la coordination des mécanismes :

    • de promotion des droits en santé sexuelle et reproductive et de sensibilisation à la culture de l’égalité
    • prévention des violences basées sur le genre
    • de prise en charge des survivantes

Pour se faire, les actions principales sont : la formation d’enseignants au repérage de violences et à l’orientation des victimes, la création d’un module de formation de « santé sexuelle, droits et genre » destiné à l’enseignement supérieur, la mise en scène d’une pièce de théâtre sur l’égalité femmes-hommes avec une trentaine d’élèves, la formation des professionnels de santé sur l’identification, le dépistage, la prise en charge et l’orientation des femmes victimes de violence, la formation des professionnel·les de santé, des écoutant·es et des assistant·es social·es à l’accompagnement psychologique des survivant·es de VBG, la campagne de promotion des DSSR dans les écoles, centres d’écoute, centres de santé et lieux publics, la création d’un site internet portail d’information et d’orientation pour les survivant·es de VBG, l’organisation de webinaires internationaux d’échange de pratiques, la participation aux instances nationales genre et santé.

Partenaires opérationnels
  • Réseau LDDF-INJAD contre la violence du genre
Partenaires institutionnels
Et privés
  • Union Européenne

Impact

12 OSC du Réseau Femmes Solidaires, 60 enseignant·es, 90 professionnel·les de santé, 6 assistant·es sociaux·ales et les médias sont formé·es
1000 adolescent·es, 15 000 citoyen·es, 150 enseignant·es sont sensibilisé·es
4500 femmes et enfants survivant·es de VBG sont accompagné·es