3 superviseurs·euses régionaux·ales / Contrat de droit local – MAURITANIE (Réf. : 22MAUSUPREG2)

3 superviseurs·euses régionaux·ales / Contrat de droit local – MAURITANIE (Réf. : 22MAUSUPREG2)

 

 

I. SANTE SUD

Santé Sud est une ONG internationale engagée pour le droit à la santé pour tous et toutes. Nos programmes sont conçus selon une méthodologie de santé publique fondée sur les droits et l’égalité de genre. Depuis 1984, nous agissons sans remplacer, en renforçant les capacités de nos partenaires locaux pour que chacun·e ait accès à des soins de qualité. Nos partenaires sont les acteur·rices des systèmes de santé (autorités publiques de santé, services de santé primaires et de référence), les autorités locales de nos régions d’intervention, les organisations de la société civiles engagées pour le droit à la santé et les populations.

Parce que tout le monde a le droit d’être bien soigné, nous construisons ensemble des systèmes de santé plus efficaces et vertueux et renforçons le pouvoir d’agir des populations sur leur santé.

Actuellement, Santé Sud conduit des projets en Afrique de l’Ouest, au Maghreb, à Madagascar et à Mayotte autour de 5 thématiques d’action : Lutte contre les maladies prioritaires ; Médicalisation des zones rurales ; Santé communautaire ; Santé, droits sexuels et reproductifs et égalité de genre ; Enfance : santé et développement.

Depuis 2012, Santé Sud est une association du Groupe SOS.

 

II.CONTEXTE

Santé Sud intervient en Mauritanie depuis 1991 dans le cadre de projets de renforcement du système de santé et plus particulièrement concernant la filière de soins de santé maternelle et infantile, d’abord dans la région de Kiffa, ensuite dans la région de Néma et à Nouakchott. Santé Sud a aussi travaillé sur la mise en place d’un dispositif optimisé de prise en charge de la santé mentale dans la communauté urbaine de Nouakchott. Aujourd’hui, Santé Sud met en œuvre trois projets en Mauritanie : l’un de lutte contre la drépanocytose, l’autre de renforcement du continuum des soins de santé sexuelle, reproductive et infantile et lutte contre toute forme de violences basées sur le genre et enfin le projet PasserElles qui démarre cette année.

Financé par le canal projets de l’Initiative d’Expertise France, le projet PasserElles vise à améliorer l’intégration de la lutte contre la tuberculose, le paludisme, le VIH et ses co-infections aux services de santé sexuelle et reproductive selon une approche sensible au genre dans les régions de Nouakchott, Trarza et Dakhlet-Nouadhibou. D’une durée de trois ans, ce projet s’articule autour de deux composantes. 1/ La promotion d’un continuum de soins intégrés et sensible au genre pour renforcer la lutte contre le VIH, les IST et leurs co-infections, la tuberculose, l’hépatite B, et le paludisme. 2/ Le renforcement de la qualité de l’offre de soins pour une prise en charge de ces pandémies sensibles au genre et intégrée. La mise en œuvre de ce projet est assurée par Santé Sud en partenariat avec l’association mauritanienne SOS Pair-Educateurs.

Santé Sud recrute 3 superviseurs·euses régionaux·ales basé·es respectivement à Rosso, Nouadhibou et Nouakchott.

 

III.OBJECTIFS DE LA MISSION

Le·la superviseur·euse régional·e travaille :

  • Sous la supervision de la cheffe de projet PasserElles basée à Nouakchott ;
  • Sous le management fonctionnel du·de la référent·e technique (RT) démarche qualité et du·de la référent·e technique (RT) santé sexuelle et reproductive ;
  • En lien avec l’assistant·e cheffe de projet, le·la superviseur·euse laboratoire, les experts techniques (ET) court terme.

a-Formation-action du personnel dans les formations sanitaires de sa région

La mission principale du·de la superviseur·euse régional·e est de réaliser la formation continue des professionnel·les de santé des formations sanitaires de sa région (2 à 4 centres de santé et centre hospitalier/région) pour améliorer l’organisation, la coordination et la qualité des soins en santé sexuelle et reproductive à travers l’intégration de la lutte contre le paludisme, la tuberculose, le VIH-SIDA et l’hépatite B dans les soins SSR.  Il s’agira également de mettre œuvre les outils de la démarche qualité.

Pour cela, le·la superviseur·euse régional·e doit :

  • Faire du compagnonnage des professionnels de santé dans les formations sanitaires de sa région sur les thématiques suivantes :
    • L’amélioration de la qualité des soins SSR dont notamment :
      • Le suivi de grossesse
      • L’accouchement sécurisé et le suivi post-natal
      • Le suivi du nouveau-né et du nourrisson
      • La prévention, le dépistage et le référencement/prise en charge du paludisme, de la tuberculose, du VIH-SIDA (dont prévention de la transmission mère-enfant), hépatite B et co-infections
    • La mise en œuvre de la démarche qualité à travers :
      • Le développement, le suivi de l’appropriation et de la mise en œuvre de protocoles/ procédures, d’outils de monitoring interne visant l’amélioration de la qualité des soins et l’évaluation des pratiques professionnelles
      • Le suivi des instances en charge de la mise en œuvre de projets de service/projets d’établissement/ processus de suivi de la satisfaction des usager·ères des formations sanitaires identifiées
      • Dans les centres hospitaliers, assurer le suivi de l’opérationnalité des instances de prévention et contrôle du risque infectieux constituées
    • Appuyer le·la superviseur·euse laboratoire national dans la mise en œuvre de la démarche qualité dans les laboratoires de biologie médicale ;
    • Faire remonter aux référents techniques SSR, démarche qualité et au·à la superviseur·euse laboratoires les éventuelles difficultés rencontrées pour trouver des voies d’amélioration ;
    • Participer à l’évaluation de l’amélioration de la qualité des soins en lien avec les référents techniques SSR et démarche qualité, les ECM, les Directeurs de CH et la DRS.

b-Organisation des activités régionales du projet sous la supervision de la cheffe de projet 

  • Proposer une planification mensuelle des activités conforme au chronogramme d’activités ;
  • Suivre mensuellement le chronogramme d’activités ;
  • Préparer les activités ponctuelles (formations, réunions, évènements…).

c-Reporting et visibilité

  • Accompagner les formations sanitaires dans le remplissage des outils de monitoring interne de l’amélioration de la qualité des soins et d’évaluation des pratiques professionnelles;
  • Assurer la collecte d’indicateurs dans les formations sanitaires ;
  • Rédiger un compte-rendu mensuel d’activités ;
  • Participer à la collecte de contenu de communication pour le projet (photos, vidéos).

d-Supervision base régionale de Santé Sud (pour les superviseurs Rosso et Nouadibou uniquement)

Pour les superviseurs·euses de Rosso et Nouadhibou uniquement, le poste inclut également la responsabilité de la base de Santé Sud à Rosso ou à Nouadhibou :

  • Développer les liens avec les autorités administratives et sanitaires régionales, ainsi que les partenaires techniques ;
  • Représenter Santé Sud dans les rencontres avec les autres partenaires au niveau de sa région ;
  • Assurer les paiements au niveau local, appuyé par un logisticien-chauffeur de base, dans le respect des normes exigées par les bailleurs de fonds dans le cadre de la gestion de projet ;
  • Faire des demandes de fonds à Santé Sud Nouakchott pour les dépenses ne pouvant être faites qu’au niveau régional ;
  • Assurer l’accueil, l’organisation et la sécurité des personnels ou experts PasserElles en mission dans sa région.

 

IV.PROFIL

a-Formation :

  • Formation médicale ou paramédicale : diplôme de Sage-femme ou Technicien Supérieur de santé en gynécologie ou Infirmier Diplômé d’Etat
  • Formation continue en gestion de projet et/ou en santé publique serait un plus

b-Expériences :

  • Au moins 2 ans d’expérience dans un poste similaire de technicien·ne santé pour une ONG internationale
  • Au moins 3 ans d’expérience significative en maternité, SSR et/ou en service de lutte contre les maladies infectieuses
  • Expérience préalable de formation-action/compagnonnage très appréciée
  • Expérience de la démarche qualité très appréciée

c-Compétences requises :

  • Excellentes connaissances des thématiques de la santé sexuelle et reproductive et infantile et du VIH, des IST et leurs co-infections, la tuberculose, l’hépatite B, et le paludisme
  • Connaissances des Normes, Politiques et Procédures du Ministère de la santé Mauritanien et des standards internationaux (OMS)
  • Capacités à assurer des formations, du suivi formatif sous forme de compagnonnage
  • Excellentes capacités interpersonnelles et relationnelles dans un contexte multiculturel
  • Excellentes capacités organisationnelles
  • Capacités rédactionnelles
  • Esprit d’analyse et de synthèse
  • Maîtrise des outils informatiques (Word, Excel, Power Point)
  • Tenue de caisse (pour les postes de Rosso et Noudahibou)

Les candidat·es retenu·es devront adhérer aux valeurs de Santé Sud et démontrer un engagement pour l’égalité de genre et les droits des femmes.

d-Langues

  • Français courant parlé et écrit obligatoire
  • La connaissance des langues locales (hassanya, pulaar, soninké, wolof) est très appréciée

 

V.CONDITIONS

Statut : Employé sous contrat de droit local

Durée : 12 mois (renouvelables 2 fois). Poste à pourvoir en janvier 2023.

Lieu de travail : 3 poste basés respectivement à Nouakchott, Rosso et Nouadhibou

Déplacements fréquents à Ndiago et Keurmacen pour le poste basé à Rosso

 

VI.POUR CANDIDATER

Les candidat·es souhaitant postuler devront déposer leur dossier de candidature avant le 20/11/2022 en ligne (www.santesud.org rubrique « Recrutements »). Les dossiers de candidature en français devront comporter :

  • CV
  • Lettre de motivation
  • Copies des certificats de travail, diplômes et attestations
  • Photocopie de la carte d’identité

Santé Sud se réserve le droit de clôturer le processus de sélection avant la date indiquée.

Santé Sud s’engage contre toute forme de discrimination dans le cadre de sa politique de recrutement.