France

TRIBUNE « À Mayotte, l’urgence de sanctuariser un accès à l’eau potable pour tous·tes les habitant·es »

Tribune parue dans Libération le 9 octobre 2023

Face à la crise d’eau d’une ampleur sans précédent qui touche l’ensemble de la population à Mayotte, et malgré les dernières mesures annoncées ce jour, le 6 octobre, par le gouvernement, plusieurs associations et organisations humanitaires, unissent leurs voix pour lancer un appel à des mesures urgentes.

Ces dernières années, l’accès à l’eau potable à Mayotte suscite des inquiétudes quotidiennes pour une partie de la population : 12% des habitant·es doivent se rendre aux bornes-fontaines et 6% ne disposent d’aucun accès à l’eau. La pénurie d’eau actuelle touche désormais l’ensemble de la population, aggravant davantage la situation des personnes les plus précarisées.

La Société Mahoraise des Eaux (SMAE) a récemment ouvert 96 rampes de distribution d’eau dans les zones les plus touchées par les coupures. Cependant, ces efforts ne suffisent pas pour répondre aux besoins criants de la population. En période de pénurie, la gestion de cette ressource vitale doit assurer un accès équitable à tous·tes les habitant·es.

Il est impératif d’au moins doubler le nombre de rampes de distribution d’eau et de les maintenir en service 24 heures sur 24 pour couvrir les besoins essentiels de la population. De plus, il est préoccupant de constater que de nombreuses habitations se trouvent à plus de 500 mètres de ces rampes, au-delà des normes maximales humanitaires en situation d’urgence*.

Avant cette crise, la consommation des habitant·es des bidonvilles sur les 93 bornes fontaines fonctionnelles ne représentait que 1 % de la consommation globale de l’île, avec une moyenne journalière de 15 litres d’eau par personne, bien en dessous du standard français** de 50 litres, et du minimal international de 20 litres recommandé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

2 L D’EAU PAR PERSONNE

Le gouvernement a annoncé vouloir distribuer quotidiennement deux litres d’eau maximum par personne aux plus vulnérables, notamment les femmes enceintes et les enfants de moins de 2 ans. 51 000 personnes seraient identifiées. Toutefois, il est essentiel de clarifier les critères d’éligibilité pour garantir que toute personne isolée ne soit pas exclue de cette aide. Par exemple, de nombreuses personnes éligibles n’ont pas de certificat de domiciliation et/ou accès au système de santé qui permet d’établir les attestations demandées. Nous nous interrogeons également sur le manque de transparence et de communication auprès des populations concernées.

Parallèlement, bien que le gouvernement ait gelé les prix de vente des bouteilles d’eau commercialisées sur le territoire, nous constatons que ces mesures ne sont souvent pas respectées en pratique ainsi que des ruptures de stocks régulières dans les plus grands magasins de l’île.

ENFANTS EN DÉSHYDRATATION SÉVÈRE

En complément, des informations alarmantes sont parvenues de professionnel·les de santé qui signalent que plus d’une cinquantaine d’enfants ont été pris en charge avec des symptômes de déshydratation sévère, ainsi que des signes de gastro-entérite. D’autres, signalent la présence d’eau marron au robinet des services hospitaliers, un approvisionnement insuffisant en eau pour stériliser le matériel médical, ainsi que l’absence de bouteilles d’eau pour les patient·es.

En plus de cela, d’après de multiples témoignages d’instituteur·rices, les élèves sont contraint·es de remplir leurs gourdes avec de l’eau non-potable issue des robinets des établissements car aucune bouteille d’eau n’est disponible. Dans certains cas, les chasses des toilettes scolaires n’étant également plus alimentées, la consigne est donnée d’utiliser les environs.

Ces témoignages soulèvent de graves préoccupations quant au risque d’apparition ou d’aggravation de maladies hydriques ainsi qu’à la capacité des centres de santé à fournir des soins médicaux de qualité et à garantir la sécurité des patient·es. La santé des élèves est en danger. Ces situations soulignent l’urgence de mettre en place des actions immédiates afin de garantir l’accès à une eau potable dans chaque établissement scolaire.

L’ACCÈS AUX RESSOURCES ET AUX SOINS

En temps de pénurie d’eau, il serait inconcevable que, comme nous le constatons, encore récemment, aux niveaux des centres de santé, des contrôles d’identité et des interpellations par les forces de l’ordre aient lieu aux abords des points d’eau, ce qui dissuade de nombreuses personnes de s’approvisionner à ces endroits et d’avoir recours aux soins. Nous appelons à la sanctuarisation des centres de soins et des points collectifs de distribution, incluant leurs abords, afin d’assurer un accès ininterrompu et sans crainte à l’eau potable pour tous·tes les habitant·es de l’île.

Aujourd’hui, même les écoles et les services hospitaliers sont touchés par la pénurie au point d’être menacés de fermeture. Les mesures actuelles mises en œuvre par les institutions sont insuffisantes. Nous demandons aux autorités de prendre des mesures immédiates pour remédier à cette situation alarmante : il faut anticiper les risques épidémiques qui pèsent sur la population et prendre des mesures urgentes pour garantir l’accès à l’eau à tous·tes les habitant·es de Mayotte.

*Les normes humanitaires en situation d’urgence (standards Sphère) sont un ensemble de principes et de standards humanitaires minimaux qui s’appliquent dans quatre domaines techniques de l’intervention humanitaire, à savoir : l’approvisionnement en eau, l’assainissement et la promotion de l’hygiène (WASH) la sécurité alimentaire et la nutrition.

**Directive relative à la qualité des eaux destinées à la consommation humaine, révisée et votée au niveau européen en décembre 20201, a donné lieu à l’adoption de l’ordonnance n° 2022-1611 du 22 décembre 2022 relative à l’accès et à la qualité des eaux destinées à la consommation humaine.

Signataires :

  • Florence Rigal, Présidente de Médecins du Monde
  • Adeline Hazan, Présidente de l’UNICEF France
  • Antoine Peigney, Président de Solidarités International
  • Cécile Duflot, Directrice Générale d’Oxfam France 
  • Henry Masson, Président de La Cimade
  • Benjamin Soudier, Directeur Général de Santé Sud
  • Jean-Marc Borello, Président du Groupe SOS
  • Sandra Métayer, Coordinatrice de la Coalition Eau
  • Marie-Christine Vergiat, Vice-présidente de la Ligue des Droits de l’Homme
  • Véronique Devise, Présidente nationale, le Secours Catholique Caritas France
  • Christophe Robert, Délégué Général de la Fondation Abbé Pierre

© Patrice Terraz

Partager :

Sur le même thème

Témoignage de Louise Bourgeois, sage-femme experte sur le projet PasserElles en Mauritanie

Témoignage de Louise Bourgeois, sage-femme experte sur le projet PasserElles en Mauritanie

22/12/2023

Depuis 2020, Louise Bourgeois est engagée à Santé Sud en tant que sage-femme. Forte de son engagement et de son expertise, Louise nous partage les détails de sa dernière mission de cinq semaines visant à renforcer les capacités des sages-femmes au Centre de Santé de Teyarett en Mauritanie.   Quels étaient les objectifs de ta…
Mauritanie
TRIBUNE « À Mayotte, l’urgence de sanctuariser un accès à l’eau potable pour tous·tes les habitant·es »

TRIBUNE « À Mayotte, l’urgence de sanctuariser un accès à l’eau potable pour tous·tes les habitant·es »

12/10/2023

Tribune parue dans Libération le 9 octobre 2023 Face à la crise d’eau d’une ampleur sans précédent qui touche l’ensemble de la population à Mayotte, et malgré les dernières mesures annoncées ce jour, le 6 octobre, par le gouvernement, plusieurs associations et organisations humanitaires, unissent leurs voix pour lancer un appel à des mesures urgentes.…
France
Tremblement de terre au Maroc : Témoignage de Jihane Hajji, Coordinatrice des projets de Santé Sud au Maroc

Tremblement de terre au Maroc : Témoignage de Jihane Hajji, Coordinatrice des projets de Santé Sud au Maroc

05/10/2023

Un séisme d’une ampleur sans précédent Le séisme du 8 septembre 2023 a provoqué des dégâts matériels conséquents dans les zones rurales et urbaines voisines de la province d’Al Haouz et endeuillé des milliers de personnes. Les installations médicales et éducatives ont également été endommagées ou détruites par le tremblement de terre. Les communautés évoluant…
Maroc
Jihane HAJJI rejoint Santé Sud en tant que Coordinatrice nationale au Maroc

Jihane HAJJI rejoint Santé Sud en tant que Coordinatrice nationale au Maroc

02/10/2023

Mon métier ? Concevoir et mettre en œuvre des solutions adaptées pour améliorer le bien-être des populations en situation de vulnérabilité. « J’ai évolué au sein de différents organismes de coopération internationale et dans le conseil, toujours au service de l’action publique sur des projets de développement social et économique au Maroc et en Afrique. Je…
Maroc
Dr Niry RAMAROMANDRAY, Directrice Santé Sud Madagascar, nous parle de la poursuite des projets dans le pays

Dr Niry RAMAROMANDRAY, Directrice Santé Sud Madagascar, nous parle de la poursuite des projets dans le pays

03/08/2023

Réduire la prévalence de la malnutrition chronique chez les enfants de moins de 5 ans Dans le cadre du projet NUTRISAN, les activités de promotion d’une bonne nutrition continuent dans les zones rurales de la région Analamanga. Ainsi, des ateliers culinaires organisés par les agent·es communautaires et les mamans-lumière formées se sont tenus en présence…
Madagascar
Séminaire d’introduction à la démarche qualité en maternité

Séminaire d’introduction à la démarche qualité en maternité

31/07/2023

Le week-end dernier, Santé Sud et le Ministère de la Santé organisaient un Séminaire d’introduction à la démarche qualité en maternité pour les équipes cadres des 10 maternités partenaires du projet PasserElles. Concrètement, qu’est-ce que la démarche qualité ? La démarche qualité est une démarche orientée changement. Elle a pour objectif l’amélioration continue de la qualité des…
Mauritanie
Toutes les actualités